SALOPES VIDE-COUILLES

7 (1)

il y en a toujours eu, il y en aura toujours, je veux bien entendu évoquer le cas de ces femmes nymphomanes qui font le bonheur des hommes et cela depuis que le monde est monde. Elles ne sont pas si nombreuses que ça et elles sont donc très recherchées par tous les gros queutards, par les mecs qui ont un trop plein de testostérones et à qui il faut ce genre de femelles pour assouvir leurs grandes soifs de baises hard au quotidien. ces femmes ne jouissent pas souvent c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il leur faut toujours plus de baise, elles ont toujours l’espoir que la jouissance va leur sourire mais c’est rarement le cas. Ah elles s’en tapent des pénis, des longs, des épais, des moyens, des durs, de plus mous mais le résultat est toujours sans appel pour elles, plus elles baisent et moins elles jouissent. En revanche, leurs partenaires sont à la fête, on peut tout demander à ce genre de filles, des pipes, des branlettes en tous genres, des sodomies, des double pénétrations et tout ce qu’on peut faire à une femme qui n’a pas de tabou évidemment. On voit que ces femmes sont un peu tracassées car elles baisent comme des furies, elles en bavent parfois, elles attrapent les bites avec une vaillance à peine croyable, ça ne semble pas possible et pourtant, comme vous allez le voir, c’est bien réel. Les hommes qui baisent ces grosses cochonnes, on pourrait même dire ces grosses salopes, appellent ces dernières des vide-couilles et à juste titre car vraiment elles font couler des flots de sperme. En effet elles se régalent d’être inondées du bon nectar tiède et blanc, elles le boivent, l’avalent, se massent les seins et les fesses avec. Toutes ces chiennes ne baisent qu’en partouze géantes, pas question de n’avoir qu’un partenaire, pas assez intéressant, trop ennuyeux. A chaque fois qu’elles organisent une sauterie, c’est carrément l’orgie, elles adorent également changer de partenaires, toujours à la recherche de sensations fortes et d’extase, hélas, elles ne goûtent que très peu
ces longs et intenses orgasmes que connaissent la plupart des autres femmes dites normales. C’est là tout le problème des nymphomanes, leur quête est pratiquement toujours hors d’atteinte ! Un psy vous dirait qu’elles sont plus malheureuses qu’autre chose, peut-être, moi je me garderai de tous jugements car premièrement je ne suis pas psy et ensuite chacune et chacun fait ce qu’il veut des son cul !

Laisser un commentaire