Accueil BOURGEOISES Deux bites en rut pour moi

Deux bites en rut pour moi

0
5
390
8 (1)

Comme chaque années au mois de juillet je vais passer trois semaine chez mon oncle dans une beau château qu’il possède autour de Toulouse, c’est le frère de mon père, un homme particulièrement fortuné qui a gagné de l’argent dans l’immobilier à grande échelle, mon père était son associé. Je viens donc d’une famille très bourgeoise, j’ai fait un mater deux en droit puis il y a quatre ans je me suis mariée avec un homme de quinze ans mon aîné, maintenant j’ai trente ans et je ne travaille pas, mon mari ne le souhaite pas et j’ai assez d’argent pour vivre au moins dix vies de toutes façons. Je suis consciente d’être une grande privilégiée au moment où tant de Français se serrent la ceinture et ont d’énormes difficultés à vivre sereinement, je n’y peux rien, je n’ai rien demandé, c’est la naissance qui m’a apportée la fortune. Oui chaque années donc mon mari part trois semaine en Chine, en juillet, pour ses affaires, c’est la raison pour laquelle je me retrouve avec mes parents d’ailleurs chez mon oncle où je me repose, oui je me repose de ne rien faire le reste de l’année, enfin ça me change un peu d’air. Dès que je suis arrivée dans la propriété je me suis rendue compte que beaucoup d’employés n’étaient plus les mêmes, je ne reconnaissais plus personne et lorsque j’en ai parlé à mon oncle il m’a répondu que les anciens étaient trop vieux et plus rentables, donc dehors, hélas cette rentabilité tuera les bourgeois même s’ils ne le vient pas venir. Deux employés du parc, vingt hectares quand-même me mataient d’entrée, j’ai trouvé cela bizarre, mais bon. Je n’ai jamais trompé mon mari et pourtant ma vie sexuelle est loin d’être mouvementée, mon mari me baise une fois par semaine et encore c’est moi qui lui monte dessus, sans cela je me demande s’il me toucherait, il faut dire qu’on a fait plus un mariage de raison que de passion. Il y avait deux jours que j’étais installée dans la chambre de l’aile le gauche, la plus reculée du château et la plus tranquille, quand le soir venu j’ai entendu parler sous ma fenêtre, je suis sortie et j’ai aperçu les deux gars qui me mataient le premier jour, il m’ont demandé de l’eau, je les ai fait rentrer dans l’antichambre et ils ont commencé à me brancher à fond, à tel point qu’il m’ont excitée, je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’ai subitement eu envie de faire ma salope. La soirée était un peu fraîche, je portais des bas en nylon beiges et je les ai invités à venir dans ma chambre, je me suis déshabillée, sans dire un mot de plus et j’ai commencé à leur tailler des fellations gourmandes et baveuse, j’étais vraiment en manque, je passe à côté de trop de baises à mon âge et je devais faire ça, c’était bon, leurs pénis étaient gros, durs, longs, je les savourais comme du chocolat, ils enfonçaient leurs bite dans ma bouche de plus en plus profondément puis l’un deux m’a prise en levrette en caressant mes seins tendus, mes tétons allongés et fermes, je branlas l’autre qui est venu glisser sa verge dans mon anus; J’avais donc un pénis dans la chatte et un autre dans le cul, j’étais comme transpercée et je jouissais comme une vraie pute, je m’étouffais, je ne pouvais plus respirer, les orgasmes étaient si forts, je n’avais jamais connu ça de toute ma vie, les gars étaient vaillants et infatigables. Ils m’ont baisé pendant près de deux heures, ils ont éjaculé sur mes fesses, sur mon visage, sur mes seins, dans ma bouche, je ne savais plus où j’étais, la seule chose dont je suis sûre c’est que je n’aurais laissé ma place à une autre pour rien au monde. Je les ai branlés avec mes seins, j’ai mordu leurs glands gorgés de sang, j’ai fait de tout, vraiment je ne me serais jamais cru capable de chose pareille, je dois sûrement être une vraie cochonne. Les mecs disaient, « elle est bonne la bourge ». Ils sont partis les testicules vides en m’assurant qu’ils reviendraient le lendemain soir, je n’ai pas dit non. Ensuite j’ai dormi et ce fut ma meilleure nuit depuis des année, un sommeil de bébé, finalement ce manque de baise doit me taper sur le système à la longue. Depuis lors, ils reviennent tous els soirs et tous les soirs j’ai droit à ma double pénétration, je ne pourrai plus m’en passer dorénavant, je la conseille à toutes les femmes, c’est le must !

  • 23597254a092a376508

    Un pur délice de voyeurisme

    Il y a des femmes qui aiment faire le bonheur des hommes en leur donnant un maximum de pla…
  • 3661947_12_o

    Pute de Luxe Japonaise

    Il y a pute et pute, on parle de la prostituée du coin de la rue à cinquante euros la pass…
  • 3699437_11_o

    Brune Friande De Foutre

    ce n’est pas la règle mais cependant il y a certaines femmes qui ne peuvent pas fair…
Charger d'autres articles liés
  • 56020654a928e49df3b

    Brune se soulage son fantasme

    A l’instar des hommes, beaucoup de femmes, surtout chez les célibataires, se masturb…
  • 45861454a731874fe1f

    Seins remplis de lait

    Comme les mamans sont belles quinze jours après l’accouchement, surtout quand elles …
  • 13528011

    cette jeune baiseuse voit grand

    Il y a des jeunes femmes qui ne doutent de rien, elles commencent à baiser jeunes mais sur…
Charger d'autres écrits par keduku
Charger d'autres écrits dans BOURGEOISES

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une Baise pour Noël

Il est évident que la période est propice à faire des câlins, à s’aimer et à donner …