Accueil HISTOIRES PORNO VIVE LES TRAINS !

VIVE LES TRAINS !

0
0
343

SOUVENIRS DE TRANSPORT
La semaine dernière, alors que je rentrais du boulot vers 23h30, j’ai pris le train à Paris-Est. Je monte dans un wagon totalement désert à cette heure tardive. Juste avant le départ du train, une femme monte et s’assied sur une banquette qui me fait face en diagonale. Elle est brune, la quarantaine (comme moi), mince et plutôt mignonne. Il fait encore très chaud à cette heure là et elle porte une jupe droite au dessus du genou et un chemisier jaune clair assez transparent. Je ne peux m’empêcher de la regarder et elle me fait un sourire. Elle sort une revue et commence à lire. Nous sommes seuls dans le wagon et elle en profite pour retirer ses chaussures et mine de rien, en continuant à lire, elle pose ses pieds sur la banquette face à elle. Bien que ses jambes soient serrées, je peux voir jusqu’au haut de ses cuisses et je trouve ça très excitant. J’ai mon regard plongé sur ses cuisses quand je relève les yeux et je m’aperçois qu’elle me regarde en souriant, car elle s’est aperçue de ce que je regardais. Je suis très gêné et je dois rougir. Elle se replonge dans sa lecture et 2 minutes plus tard, ses cuisses s’écartent doucement, imperceptiblement, mais sûrement. Je ne peux plus décoller mes yeux de ce spectacle qui commence à s’offrir à moi. Je n’ose pas y croire. Je pensais que ce genre d’histoire n’arrivait que dans les bouquins de cul. Je ne rêve pas. Plus les cuisses s’ouvrent et plus je suis certain de voir, non pas une culotte, mais les poils de son pubis. Oui c’est bien ça, elle ne porte rien dessous et maintenant je suis sûr qu’elle laisse ses cuisses s’ouvrir volontairement. Elle pose sa revue à ses côtés et me regarde droit dans les yeux en souriant. Ses cuisses sont maintenant bien écartées et sa main se pose sur sa cuisse pour remonter doucement vers son entrejambe. Ça y est, elle a sa main sur sa chatte et me regarde toujours outrageusement. Je n’en peux plus et je me lève pour venir vers elle. Elle me fait signe que non et que je dois rester à ma place. Je me rassieds, ma main sur ma queue qui fait une grosse bosse sous mon pantalon d’été. Avec sa tête et ses yeux, elle me fait comprendre qu’elle désire en voir autant que moi. Je défais ma braquette, baisse mon slip et sort ma queue qui est gonflée de désir. Elle me dit : « Tout ! » Je comprends qu’elle veux que je baisse mon pantalon. Je me lève, défait ma ceinture et baisses mon froc ainsi que mon slip. Elle se caresse carrément, un doigt sur le clito, et me dit : « Enlève tout… » J’hésite un instant mais je suis tellement excité que j’obéis et enlève ma chemise et tout le reste. Je suis nu comme un ver, la queue au garde à vous. Je me caresse la queue et les couilles. Elle ouvre son chemisier et dégrafe son soutien-gorge qui s’ouvre devant. Ses seins sont petits mais bien ronds et magnifiques. Là elle me fait signe d’approcher. Je ne me fais pas prier et je me plante devant elle. Elle me caresse un peu et écarte les cuisses et me fait signe de la lécher. Je m’agenouille et lui fourre ma langue au fond de sa chatte trempée. Elle commence à gémir et je lui caresse l’anus avec un doigt. Elle a l’air d’apprécier alors, je mouille mon index et je lui enfonce doucement dans son petit trou. Cette fois elle crie et elle jouit comme une folle. Elle se caresse les seins d’une main et me tient la tête de l’autre. Elle me tire par les cheveux pour me relever et attrape ma queue pour la diriger vers sa chatte. Je ne peux plus attendre et je la pénètre d’un coup. Je la bourre jusqu’au fond de sa chatte en chaleur et cinq minutes plus tard, je lui décharge tout mon foutre. Elle me repousse et se penche pour prendre ma queue dans sa bouche. Elle lèche tout le mélange de nos jouissances et à l’air de se régaler. Le temps à passé et le train approche de la gare où elle doit sûrement descendre. Elle remet vite fait les boutons de son soutien-gorge et sort du wagon sans avoir dit plus de 5 ou 6 mots. Je me rends compte que le train est à encore à au moins 30 minutes de ma destination. Soudain,une jeune femme blonde de vingt-cinq ans environ vient prendre place à mes côtés.Je ne sais pas d’où elle sort car je pensais tout à l’heure être seul dans le wagon avec la brune. La jeunette colle sa bouche au niveau de mon oreille et murmure : J’ai tout vu ! Tout vu quoi lui dis-je ? Tout ce que tu as fais avec la vieille répond-t-elle. Je lui affirme que c’est impossible car nous étions seuls dans le wagon et que de toute façon cette femme n’était pas vieille. On voit que tu as perdu l’habitude de la fraîcheur d’une jeune, dit-elle, car je peux t’assurer que je suis beaucoup plus bandante qu’elle.Je lui demande alors où elle veut en venir ! Tu ne comprends pas rétorque-t-elle, je veux baiser, je veux que tu me baises dans les toilettes qui sont libres, je viens juste d’aller voir. Etonné, je lui demande : Dis-moi d’abord où tu étais quand j’ai sauté l’autre. Entre deux sièges, au fond à droite, à mater, chose d’ailleurs que je pratique souvent ! Et j’en vois du cul, j’en vois comme tu ne peux t’en douter. Je n’avais plus trop envie de baiser car fatigué par ma journée et par l’heure tardive. Mais devant les avances pressantes de cette blonde qui était un canon comme on n’en voit peu, je me laisse tenter et je la suis aux toilettes. Aussitôt à l’intérieur, elle verrouille la porte et lance: A nous deux maintenant ! Elle s’accroupit, déboutonne mon pantalon, le fait glisser le long de mes jambes et s’empresse d’aller chercher ma queue dans mon slip. Je suis assez mou, venant d’éjaculer depuis peu. Elle n’est pas dupe du fait et me dit d’une voix suave: Je vais te remettre en forme en vitesse ! D’une main elle décalotte complètement ma verge, de l’autre elle masse énergiquement mes testicules. Elle envoie de rapides coups de langue tout autour de mon gland et bien vite j’observe ma bite gonfler en épaisseur et grandir en longueur. C’est bien bébé me dit-elle, bande, bande !Sans tarder ma queue est à son maximum, elle ne peut plus aller plus loin. Alors la blondasse l’avale entièrement entre ses lèvres charnues et rouges et commence à pomper très lentement comme si elle se régalait d’un bâton glacé. Elle a faim la salope, elle paraît infatigable, elle suce sans relâche ! Tout à coup, elle accélère la cadence et son piercing me fait un bien terrible, le piercing c’est le top pour les bonnes pipes réussies ! Puis elle s’arrête pour reprendre un peu de souffle. Elle porte un tee-shirt vert, une jupe jaune et des chaussures vertes à talons hauts surmontées de lacets en cuir qui entourent les mollets. Elle est véritablement sexy et désirable. Je n’en peux plus ! J’enlève son haut et je découvre un soutif transparent blanc à dentelles qui laisse entrevoir de gros mamelons roses. Je dégrafe ce soutien-gorge superbe d’où émergent deux obus qui ne s’affaissent pas d’un millimètre. La garce à une poitrine sublime comme on n’en voit peu. Avec fureur je me précipite sur ce met appétissant que je lèche, suce, mordille avec les dents. Elle glousse de plaisir tout en me masturbant avec délicatesse. Mais l’heure tourne, le temps presse, mon train va arriver en gare d’ici une dizaine de minutes. Aussi, suis-je contraint d’activer les choses. Je retire sa jupe que je pose sur la cuvette rabattue des wc. Elle porte un string blanc banal mais cependant assez coquin. Je m’assois sur les chiottes, la queue tendue et fière sur laquelle j’enfile à la hâte un préservatif. La blonde (je sais maintenant qu’elle se nomme Sophie) se place au dessus de moi, écarte d’une main la ficelle de son string et s’empale très facilement sur ma bite en émoi. Elle mouille la garce, c’est peu de le dire, son entre-cuisses dégouline. Elle a un coup de reins sûr et solide. Je ne bouge pratiquement pas, c’est elle qui fait tout le boulot ce qui n’est pas vraiment désagréable. Elle accentue la vitesse des va-et vient en répétant je vais jouir, je vais jouir ! Effectivement, elle émets des petits cris étouffés de pucelle, ce qu’elle n’est pas je peux l’affirmer. Les cris en question s’estompent pour reprendre aussitôt de plus belle. Semblant satisfaite, elle s’extirpe de mon engin, enlève avec fermeté la capote qui le protège et l’engloutit au fond de sa gorge. En quelque sorte, elle me masturbe avec sa bouche. Balance la purée, je veux tout avaler, tout dit-elle ! Et moi, bouillant à l’extrême, je sens de gros jets s’échapper de mon sexe mais je ne vois rien : J’entends sa gorge avaler, elle ne laisse pas une seule petite goutte, rien,rien,rien… Elle me regarde tendrement et me chuchote: C’est ma boisson préférée. Ah la garce ! Elle me rend dingue. Mais le train ralentit ce qui me sort immédiatement de mon état de torpeur. Je me rhabille à tout allure, je ne dois pas manquer l’arrêt. Dis-moi au revoir au moins, espèce d’enfoiré me dit ma jeune partenaire. Alors je lui roule une pelle rapide et me dirige vers la porte du wagon qui vient juste de rentrer en gare. Depuis ce fameux soir je revois souvent la blonde (sophie) dans le train et chaque fois nous faisons l’amour ! A Sophie, mon abonnée Sncf. YVOU

Les belles Coquines du Web

  • 313047959463bb065f40

    Bonne pute en bustier sexy

    cette jeune femme exerce le métier de pute à la perfection, elle doit se faire un max de f…
  • 29946054a34e14da72b

    Addiction à la sodomie

    Il y a des femmes, comme des hommes d’ailleurs, qui ne peuvent pas baiser autrement …
  • 116611454bcfe54442e7

    Ejaculation rapide

    Le vieux a décidé de se taper une jeune pute qui lui a été recommandée par l’un de s…
Charger d'autres articles liés
  • 313047959463bb065f40

    Bonne pute en bustier sexy

    cette jeune femme exerce le métier de pute à la perfection, elle doit se faire un max de f…
  • 29946054a34e14da72b

    Addiction à la sodomie

    Il y a des femmes, comme des hommes d’ailleurs, qui ne peuvent pas baiser autrement …
  • 116611454bcfe54442e7

    Ejaculation rapide

    Le vieux a décidé de se taper une jeune pute qui lui a été recommandée par l’un de s…
Charger d'autres écrits par keduku
  • 1 (5)

    Le meilleur amant de ma vie

    Je suis une belle rousse grande et élancée, je me tape à peu près tous les hommes que je c…
  • LA PATRONNE !

    SOUVENIRS DE TRAVAIL Tout se passe lors de la fête de fin d’année du bureau. Il faut que j…
  • L’étudiante !

    L’étudiante MON JARDIN SECRET Il y a dans mon cours universitaire une jolie fille qui se p…
Charger d'autres écrits dans HISTOIRES PORNO

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Baise en bas nylon

Une bonne baiseuse avec des bas nylon blancs taille une pipe goulue à son mec avant de s&r…